De nombreuses techniques existent, notamment :


Exemple de cloisons d'argent délimitant les contours du dessin
Exemple de cloisons d'argent délimitant les contours du dessin
  • L'émail cloisonné, où le dessin, délimité par de fines bandes de métal, fixées dans une première couche d'émail incolore dit "fondant", forme des cavités que l'on remplit ensuite avec l'émail coloré. Un travail ultérieur de ponçage fin permet d'uniformiser l'aspect et la brillance du décor.

Cuivre préparé pour l'émaillage au champlevé : cavités prêtes à émailler
Cuivre préparé pour l'émaillage au champlevé : cavités prêtes à émailler
  • L'émail champlevé, où les cavités à remplir sont obtenues en creusant le métal, à l'acide ou au burin… Des parties volontairement protégées de l'attaque chimique feront après gravure apparaître le relief du dessin.
  • Les cavités obtenues sont ensuite émaillées, puis le métal restant apparent est nettoyé et poli.

Décor de la salamandre préalablement gravé sur le cuivre
Décor de la salamandre préalablement gravé sur le cuivre
  • Les émaux de "basse taille" sont une variante de la technique précédente : le cuivre est préalablement gravé de la même façon, mais l'ensemble de la pièce est ensuite émaillée à l'aide d'un émail transparent. Le dessin sous-jacent apparaît ainsi avec un effet de relief.

Exemple d'émail peint
Exemple d'émail peint
  • L'émail peint, permettant des dessins réalistes, où le motif est appliqué au pinceau, à la spatule, ou à la plume, sur une première couche de fondant : de nombreuses cuissons seront nécessaires pour finaliser l'œuvre.

Exemple d'émaillage en "plique à jour"
Exemple d'émaillage en "plique à jour"

L'émail "plique à jour" : le support métallique est ajouré et les petites cavités sont remplies d'émail transparent, à la manière d'un vitrail. 8 à 10 cuissons successives sont nécessaires pour remplir progressivement les cavités, en l'absence de support pour la poudre d'émail.

 

La technique du "plique à jour", délicate et ancestrale, a notamment beaucoup été utilisée par les maîtres des bijoux "art nouveau" tels que René Lalique ou Lucien Gaillard. La fragilité de ces bijoux n'est qu'apparente, car leur faible poids et le métal qui ensserre les parties émaillées les protègent...


DIAPORAMA DÉTAILLANT LES PRINCIPALES ÉTAPES DU TRAVAIL :

 

 

Adhérente SPEF (Syndicat Professionnel des Emailleurs Français)

 

 

Adhérente de la Route des Métiers d'Art

 

Adhérente de l'association LYBAKAPA (artistes et artisans d'art du canton de Paimpol)